Jour J pour un gouvernement de rupture, le premier du quinquennat

Dominique Dufresne
Mai 19, 2017

Premier ministre de François Hollande, il a souhaité lundi 15 mai 2017 "la bienvenue" à Édouard Philippe. Invité du 20-Heures de TF1, le nouveau chef du gouvernement rallié à Emmanuel Macron a expliqué comment il avait pris cette décision "difficile" d'accepter cette fonction.

Le chef de l'Etat a entamé son quinquennat en se rendant lundi à Berlin pour rencontrer la chancelière Angela Merkel, qui s'est montrée ouverte à son idée de changement des traités européens pour réformer l'Europe. C'est ce qu'il a mis en avant.

Premier ministre, ce n'est pas une décision qu'on prend à la légère. Pour rappel, Jacques Chirac avait été élu avec plus de 80% des voix face à Jean-Marie Le Pen. Cela donne une idée de la trajectoire qu'il veut prendre, de ce qu'il veut construire. "Je me suis dit que la situation dans laquelle nous étions, était suffisamment inédite pour que nous tentions quelque chose qui n'a jamais été tenté", a-t-il déclaré. "Edouard Philippe est un membre important des républicains, et j'y vois une volonté du nouveau président de la République d'avoir une majorité de droite et du centre, très forte, au parlement". S'il veut réussir, il faut qu'il fasse sauter la caisse.

Mathieu Valbuena répond tout aussi sèchement aux propos de Karim Benzema — Sextape
Je prends le temps de réfléchir avant chaque liste, et j'assume mes choix. "J'ai toujours agi comme cela et je ne changerai pas". Moi, je n'ai aucun problème à être exposé à la critique (...) Le joueur a une vision personnelle des choses.

En choisissant Édouard Philippe, il cible tous les amis d'Alain Juppé.

"Quand une chose est tranchée dans le cadre de la collégialité, elle doit devenir la règle et elle appelle la solidarité collective", a insisté Emmanuel Macron qui, ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée sous le quinquennat Hollande, était aux premières loges pour mesurer les effets des cafouillages gouvernementaux.

Parmi eux, des figures de la droite modérée comme Thierry Solère, Benoist Apparu ou Nathalie Kosciusko-Morizet, le centriste Jean-Louis Borloo, ainsi qu'un grand nombre d'élus qui avaient parrainé NKM pour la primaire de la droite fin 2016.

La robe d'une ministre représentant Al Qods suscite la polémique — Cannes
Et si certains twittos ont approuvé le design, un internaute saluant cette " robe manifeste ", beaucoup ne l'ont pas apprécié. Les Palestiniens veulent néanmoins établir à Jérusalem-Est la capitale de l'État auquel ils aspirent.

En riposte, sous l'égide de François Baroin, Les Républicains ont lancé un contre-appel des 577 candidats de la droite et du centre aux législatives à défendre leurs "convictions" et à gagner ces élections pour imposer une cohabitation. "Edouard a beau être de droite, et moi ancré à gauche, c'est un vieux pote de lycée, qui s'exprime devant la caméra avec beaucoup de sincérité et sans langue de bois" raconte le réalisateur.

C'est un pari très risqué.

La République En Marche accentue son avance avec 32% (+3) d'intentions de vote pour ses candidats au 1er tour des législatives, devant Les Républicains et le Front national en légère baisse à 19% (-1), selon un sondage Harris Interactive diffusé jeudi.

Le nucléaire, énergie "indispensable" pour la France (PDG EDF)
Violente, l'attaque fait référence au poste occupé entre 2007 et 2010 chez Areva par le nouveau premier ministre Edouard Philippe. Philippe, Nicolas Hulot aura dans ses nouvelles fonctions l'occasion de "mettre en oeuvre des convictions auxquelles il croit".

La parité sera presque parfaitement respectée, avec onze femmes et onze hommes et autant de ministres de plein exercice de l'un comme de l'autre sexe parmi les membres du gouvernement, même si la présence d'Emmanuel Macron et du Premier ministre fera pencher la balance du côté masculin.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL