Face au tollé, Trump défend ses confidences à Moscou

Dominique Dufresne
Mai 19, 2017

Le faire sans prévenir la source alliée qui a fourni les renseignements va cependant à l'encontre des bonnes pratiques à observer dans le domaine de l'espionnage. Donald Trump "a commencé à décrire les détails d'une menace terroriste posée par le groupe EI et liée à l'utilisation d'ordinateurs portables dans des avions", peut-on lire dans le journal américain qui précise avoir décidé de ne pas publier plus de détails sur ce projet terroriste à la demande expresse de responsables américains.

Selon le conseiller à la Sécurité nationale, les propos tenus par Donald Trump avec Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, et Sergueï Kislyak, l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis, étaient "totalement appropriés". Or le partage du renseignement entre Washington et ses alliés "est essentiel pour la sécurité des Etats-Unis dans le monde, et en particulier dans la lutte de la coalition contre l'EI", soulignent-ils, affirmant que l'affaire pourrait "être potentiellement lourde de conséquences".

Israël serait à l'origine des informations classifiées données par le président américain Donald Trump à la Russie, a révélé mardi un responsable de la Maison-Blanche familier avec la situation au New York Times. C'est ainsi que le site qualifie la destitution de Donald Trump, si elle devait avoir lieu, car elle aurait été précédée d'"attaques sans précédent contre des institutions démocratiques". "J'ai des gens qui me briefent avec d'excellents renseignements chaque jour", a assuré Trump selon un membre de la Maison Blanche, d'après des médias sus-évoqués.

American Gods déjà renouvelée pour une saison 2 !
Gillian Anderson, Kristin Chenoweth, Jonathan Tucker, Peter Stormare et Cloris Leachman font également partie de la distribution. En France, vous pouvez suivre la série sur Amazon Prime Video .

Le général H. R. McMaster, directeur du Conseil de sécurité nationale depuis la démission de Michael Flynn en raison de ses liens avec la Russie, n'avait pas réellement démenti les révélations du "Washington Post", déclarant simplement: "L'histoire, telle qu'elle a été rédigée, est fausse".

Donald Trump a reçu mercredi dans le Bureau ovale le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et l'ambassadeur russe à Washington Sergueï Kisliak. Et nous ne voulons rien avoir à faire avec ce n'importe quoi. Doug Andres, le porte-parole de Ryan, a déclaré: "Nous n'avons aucun moyen de savoir ce qui a été dit, mais la protection des secrets de notre nation est cruciale".

Mais les données communiquées "semblent être d'une nature extrêmement sensible" et les révélations du Washington Post semblent indiquer "que des informations secrètes révélées pourraient être utilisées pour déduire des sources et méthodes qui n'ont pas directement été révélées".

L'avenir s'assombrit pour Donald Trump — États-Unis
Le principal démocrate du Sénat, Chuck Schumer, a estimé que Rod Rosenstein a fait "le bon choix " en nommant Robert Mueller. Il a une compétence irréprochable. "Il sera largement accepté", a tweeté l'élu républicain Jason Chaffetz.

Avant son limogeage, le chef du FBI James Comey avait annoncé que ses services enquêtaient sur une éventuelle "coordination" entre l'équipe de campagne du milliardaire américain et la Russie.

Les informations qui concerneraient la préparation d'une opération de l'État Islamique, ainsi que l'identité des sources, avaient été renseignées aux États-Unis par un de leur partenaire, ce dernier n'ayant toutefois pas autorisé leur divulgation.

Macky Sall appelle au retour au calme — Côte d'Ivoire
Ils ont également évoqué des questions liées à la reforme de l'Union africaine dont le chef de l'Etat guinéen est le président en exercice.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL