Emmanuel Macron exige confidentialité et discipline — Ministres

Tristan Gaume
Mai 19, 2017

"Le coeur [de l'action gouvernementale], c'est évidemment son programme, le coeur ce sont évidemment ses engagements ".

D'abord mise sur le compte du flottement des premiers jours d'installation, cette volonté de secret s'est manifestée de manière flagrante jeudi lors du premier Conseil des ministres: journalistes et photographes ont été priés de quitter la cour d'honneur de l'Élysée, sans pouvoir, comme c'est l'usage, interroger et filmer les ministres à la sortie.

Parmi les signataires de l'appel, des figures de la droite modérée comme Thierry Solère, Benoist Apparu ou Nathalie Kosciusko-Morizet, ainsi que le centriste Jean-Louis Borloo, dont aucun ne figure toutefois dans le premier gouvernement Philippe. Le Président a souligné que chacun avait "des parcours différents, des opinions différentes, des analyses qui peuvent être différentes mais, en même temps, quand une chose est tranchée dans le cadre de la collégialité, elle doit devenir la règle et elle appelle la solidarité collective". Le président, toujours selon Christophe Castaner, a achevé on intervention liminaire par "une invitation: ne changez pas!".

A l'issue du Conseil, la nouvelle équipe fera une photo de famille soit dans les jardins soit dans le vestibule du palais présidentiel, la météo s'annonçant particulièrement capricieuse. Les Français semblent pourtant avoir accepté les réformes que prévoient Emmanuel Macron et son gouvernement.

Législatives : la droite lance sa campagne
Face à cette initiative, la direction des Républicains a décidé mardi de contre-attaquer avec un contre-appel adressé aux 577 candidats LR-UDI.

Édouard Philippe avait par ailleurs confirmé la nomination d'un médiateur dans le dossier de Notre-Dame-des-Landes et promis d'aller "beaucoup plus loin " dans le texte sur la moralisation de la vie publique attendu avant les législatives, précisant toutefois préférer "les règles claires plutôt que l'inquisition ".

Ce conseil des ministres à 22 a été l'occasion de fixer le cap du quinquennat d'Emmanuel Macron à un gouvernement qu'il veut "collégial", "collectif" et à l'image de la recomposition politique lancée pour les législatives.

Gérard Collomb, 69 ans, seul ténor socialiste à avoir soutenu dès le début Emmanuel Macron, devient ministre de l'Intérieur, tandis que le député PS Richard Ferrand, pilier de la campagne d'Emmanuel Macron, prend la charge d'un nouveau ministère dédié à "la cohésion des territoires". Les Français ne sont que 36% à faire confiance à Édouard Philippe.

Le président français Emmanuel Macron a livré jeudi lors de son premier Conseil des ministres son discours de la méthode de l'action gouvernementale.

France: le nouveau ministre de l'Écologie confirme une réduction du nucléaire
Le nouveau président de la République lui a fait cette fois une offre qu'il ne pouvait pas refuser. Nicolas Hulot est intervenu, en 2014, devant le Congrès de l'AMF (lien ci-dessous).

Constituée de 18 ministres et de quatre secrétaires d'Etat, la moitié provient de la société civile.

L'escrimeuse, double championne olympique Laura Flessel, ministre des Sports, l'éditrice Françoise Nyssen (Actes Sud), ministre de la Culture, ou Muriel Pénicaud, ministre du Travail, ont fait aussi une entrée remarquée dans le grand bain de la politique, gravissant les marches du perron avec huit autres représentants de la société civile.

Nicolas Hulot attirera également la lumière des projecteurs.

Emmanuel Macron ne bénéficie pas d'un état de grâce, avec une première cote de confiance inférieure à celle de François Hollande, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac au même moment, selon un sondage Elabe pour Les Echos et Radio Classique publié jeudi.

Face au tollé, Trump défend ses confidences à Moscou
Donald Trump a reçu mercredi dans le Bureau ovale le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et l'ambassadeur russe à Washington Sergueï Kisliak.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL