Le procureur tiendra une conférence de presse à 17H45 — Champs-Élysées

Olivia Lacan
Avril 22, 2017

Armé d'un revolver, il avait grièvement blessé les deux frères qui tentaient de le rattraper.

François Hollande s'est rendu au chevet du policier le plus sérieusement atteint, après avoir présidé un Conseil de défense vendredi.

Or, selon des sources proches de l'enquête, l'assaillant est un Français de 39 ans, Karim Cheurfi, qui faisait l'objet d'une enquête antiterroriste. Il s'agit de "Abu Yussef le Belge, et c'est un des combattants de l'Etat islamique", affirme un communiqué de son organe de propagande Amaq.

Les recours de l'opposition rejetés — Référendum en Turquie
Pourquoi? Parce que non seulement ces bulletins ont été tenus pour valides mais, en plus, n'ont pas été enregistrés à part. Il a occupé le poste de chef du gouvernement entre 2003 et 2014, avant d'être élu président.

D'heure en heure, le profil de l'homme abattu par la police se dessine tandis qu'une enquête a été ouverte par le parquet antiterroriste pour assassinat et tentative d'assassinat sur une personne dépositaire de l'autorité publique. En 2001, il avait déjà tenté de tuer des policiers à deux reprises, et avait pour cela été condamné en 2005 à quinze ans d'emprisonnement. Faute de preuves, il avait été remis en liberté sans que les soupçons se dissipent.

Le procureur a également indiqué que trois personnes, proches de Karim Cheurfi, sont actuellement entendues par la justice "sous le régime de la garde-à-vue".

Salim, un ami de la famille, le décrit auprès de l'AFP comme un type qui "a un grain" et "a passé une bonne partie de sa vie en prison". Un homme "pas méchant", qui vit chez ses parents. "Ses actes, ses réactions, sa façon de marcher, son attitude était en décalage, comme s'il venait de Mars". Hier soir sur les Champs-Elysées, l'assaillant était arrivé en voiture. L'individu a été neutralisé et arrêté par les forces de police. Et Bernard Cazeneuve le Premier Ministre est sorti de sa réserve ce matin pour condamner les propos - et de Marine Le Pen et de François Fillon sur ce sujet.

L'assaillant des Champs-Elysées visé par une enquête antiterroriste
Soupçonné d'avoir voulu tuer des policiers, il avait été arrêté le 23 février et été remis en liberté le lendemain par la justice. A l'époque, il avait tiré sur un élève policier et son frère après une course-poursuite alors qu'il conduisait une voiture volée.

"Dimanche constitue pour nous une journée de tous les dangers", a rappelé Céline Berthon, secrétaire générale du syndicat des commissaires de police (SCPN), affirmant sur Europe1 que "le maximum sera fait".

Un nouvel attentat a été déjoué mardi selon les autorités avec l'arrestation à Marseille de deux hommes soupçonnés de préparer "une action violente" en pleine période électorale.

Un mot défendant "Daech" retrouvé — Attentat
A l'époque, il avait tiré sur un élève policier et son frère après une course-poursuite alors qu'il conduisait une voiture volée. Une perquisition a été menée au domicile de l'assaillant , titulaire de la carte grise du véhicule utilisé pour l'attaque .

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL