Les démélés fiscaux de l'éphémère secrétaire d'Etat Thomas Thévenoud au tribunal

Tristan Gaume
Апреля 21, 2017

"C'est faux", abonde la procureure qui a requis un an de prison avec sursis et cinq ans d'inéligibilité à l'égard de Thomas Thévenoud et six mois de prison avec sursis pour son épouse. Le 4 septembre 2014, après avoir reconnu des retards de déclarations et de paiements de ses impôts, le jeune secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, à la Promotion du tourisme et aux Français de l'étranger a en effet été prié de démissionner, deux semaines à peine après sa nomination. Ministre délégué à la Santé du gouvernement Rocard, M. Schwartzenberg avait été poussé à la démission lui aussi neuf jours après son entrée en fonction, en juillet 1988, après des déclarations controversées sur la toxicomanie. "Si tous les contribuables se comportaient comme les époux Thevenoud, ce serait le chaos (...) c'est une défaillance ciblée", a plaidé l'avocate de la partie civile.

Dans son livre "une phobie française", publié en 2016, Thomas Thévenoud a depuis affirmé que ses problèmes fiscaux étaient connus au plus haut niveau de l'État. "Je considère que nous avons été défaillants, négligents", a-t-il déclaré à la barre, expliquant qu'avec son épouse "c'était notre mode de fonctionnement".

La justice reproche au couple de ne pas avoir déclaré ses revenus en 2012 et d'avoir, pendant quatre années (2009, 2010, 2011 et 2013), rempli sa déclaration en retard malgré plusieurs relances et mises en demeure de l'administration fiscale.

Interrogé par le président du tribunal sur la "phobie administrative" qu'il avait invoquée lorsque l'hebdomadaire le Canard enchaîné avait révélé les impayés de loyer de son appartement parisien, Thomas Thévenoud reconnaît que "ça a fait rire la France entière". Thomas Thévenoud avait alors adopté une ligne de défense particulière, évoquant une "phobie administrative". Et ce, pour un montant total de 70 500 euros, auquel sont venus s'ajouter 20 500 euros de pénalités de retard.

Читайте также: J-3 avant le premier tour — Présidentielle

L'affaire Thévenoud avait atteint une nouvelle fois la "République exemplaire" prônée par François Hollande, après l'affaire des comptes à l'étranger de l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac.

Le procès se poursuivait en fin d'après-midi. Et valoir de nombreuses railleries à l'ancien secrétaire d'État, membre de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac.

Ce qui aurait pu le conduire à s'interroger, demande le président. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2017 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Autres rapports

Discuter de cet article