Attentat contre des personnes évacuées en Syrie: 16 morts

Dominique Dufresne
Avril 21, 2017

Plus de 7.000 personnes avaient été évacuées vendredi de quatre localités syriennes assiégées: deux rebelles -Madaya et Zabadani, près de Damas- et deux prorégime -Foua et Kafraya (nord-ouest)-, en vertu d'un accord signé par le Qatar, soutien de la rébellion, et de l'Iran allié du président Bachar el-Assad.

Sur place à Rachidine, en zone rebelle, le correspondant de l'AFP a vu le Croissant-Rouge distribuer de la nourriture et de l'eau aux familles de Foua et Kafraya qui attendent depuis vendredi matin.

Au moins 68 enfants figurent parmi les 126 personnes tuées dans l'attentat, a indiqué dimanche l'OSDH, précisant que le bilan ne cessait de s'alourdir, de nombreuses personnes succombant à leurs blessures.

Scénario identique, plusieurs milliers de personnes ont quitté Madaya et Zabadani, villes rebelles assiégées par les forces gouvernementales dans la province de Damas, pour se diriger vers la province rebelle d'Idlib. Les 2.200 personnes évacuées de Madaya et Zabadani ont rejoint la province d'Idleb contrôlée en grande majorité par les rebelles.

Macron devant Le Pen, Fillon et Mélenchon s'accrochent — Présidentielle
Personnellement, mon vote ira à Emmanuel Macron . "Et je veux avoir une pensée pour la famille de la victime", a-t-il dit. Invité à venir avec un objet, le candidat de La France insoumise est venu avec un réveil "car il est temps".

Avant cette attaque, des milliers de personnes évacuées de quatre localités assiégées, dont Foua et Kafraya, étaient bloquées depuis vendredi en raison de désaccords les empêchant de poursuivre leur chemin. Cette dernière a été menée, selon Washington, en représailles à l'attaque chimique présumée ayant fait 87 morts dans la ville rebelle de Khan Cheikhoun dans le nord-ouest. Le régime syrien a accusé les "groupes terroristes", un terme utilisé par le pouvoir pour désigner rebelles et djihadistes. Mais l'influent groupe rebelle Ahrar al-Cham a nié toute implication des insurgés. Un responsable rebelle a confirmé à l'Agence France-Presse que les différends portent sur le nombre de loyalistes armés évacués, refusant d'élaborer, car les "négociations sont en cours". "C'est terrible d'être déraciné comme ça, d'aller vivre dans un endroit qui n'est pas le nôtre", a affirmé à l'AFP Jama Nayef, un vétérinaire de Foua, après être sorti de sa localité.

Un attentat à la camionnette piégée a fait au moins 43 morts en Syrie.

Plusieurs fiefs rebelles ont été repris depuis un an par le régime, fort de l'appui de son allié russe intervenu militairement en Syrie en septembre 2015.

Après des mois de siège, le régime a proposé des accords d'évacuation que l'opposition syrienne dénonce comme des "transferts forcés" constituant "des crimes contre l'Humanité".

La vision d'un fan de Bastia — Incidents de Furiani
L'instance pourrait punir le club corse d'un match à huis clos total pour les deux prochains matchs de championnat. Fermes, les mesures annoncées mardi le sont.

Mais le retard pris dans l'application de l'accord bloque depuis vendredi soir dans les deux points de transit aux abords d'Alep ceux qui ont été évacués.

Des millions de Syriens ont été déplacés par la guerre ravageant leur pays depuis 2011 et qui a fait plus de 320.000 morts.

La bataille de Tabqa fait partie de l'offensive " Colère de l'Euphrate " lancée en novembre par les FDS pour reprendre Raqa.

Macron serait devant Le Pen au premier tour
Compte tenu du resserrement de l'écart entre les candidats dans les enquêtes d'opinion, cette semaine sera cruciale et décisive. Selon les récents sondages de l'institut SOFRES, Emmanuel Macron part favori du premier tour avec 24% des intentions de vote.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL