Un présentateur vedette de Fox News licencié pour harcèlement sexuel

Elisa Mosse
Avril 20, 2017

NEW YORK, 19 avril (Reuters) - Bill O'Reilly, animateur vedette de Fox News, ne fait plus partie de la chaîne de télévision conservatrice américaine où il travaillait depuis vingt ans.

La société mère de la chaîne, Century Fox, avait mis fin à l'émission quotidienne The O'Reilly Factor dans la foulée du scandale.

Journaliste aguerri ayant auparavant travaillé pour CBS et NBC, le présentateur vedette avait signé, plus tôt cette année, un nouveau contrat pluriannuel avec la chaîne, d'une valeur de plus de 20 millions de dollars par an.

Messi, Busquets et Suarez auraient encore recadré Luis Enrique — FC Barcelone
Sous Luis Enrique, l'équipe blaugrana a gagné la totalité de ses 15 matches à domicile en Ligue des champions. La Juventus et Monaco ont ainsi rejoint le Real Madrid et l'Atletico Madrid en demi-finales.

Son départ fait suite à des révélations du " New York Times ", selon lequel O'Reilly et Fox auraient versé quelque 13 millions de dollars à cinq femmes moyennant leur silence et leur renoncement à des poursuites contre lui pour harcèlement sexuel.

"C'est un homme bien ", a déclaré à son propos le président américain, Donald Trump, "je pense qu'il n'a rien fait de mal ". Il ne restait plus qu'à négocier les conditions de son départ. Début avril, une éditorialiste de la chaîne a assigné en justice M. Ailes et la chaîne, également pour harcèlement sexuel.

Fox, qui devait tenir un conseil d'administration jeudi, n'a pas précisé quel montant pourrait lui être versé ni qui le remplacerait sur le créneau-clé du 20 heures. Bill O'Reilly n'a jamais démenti l'existence d'allégations de harcèlement sexuel, mais leur a nié tout fondement.

Le FMI maintient une croissance à 2% pour le Liban
Malgré des prédictions catastrophistes notamment du FMI , la victoire du Brexit en juin 2016 n'a par ailleurs pas encore eu l'impact redouté.

Cependant, le bruit courait depuis peu que James Murdoch, fils du magnat australien Rupert Murdoch, aurait convaincu son père de la nécessité de le renvoyer pour éviter de ternir l'image de la chaîne, selon New York magazine.

Pour Paul Janensch, ex-professeur de journalisme à l'institut Quinnipiac University, c'est probablement une simple décision de gestionnaire.

Jane Hall, experte en communications à l'American University et ancienne contributrice à Fox News, a elle estimé que Fox, en tant qu'entreprise internationale, "ne pouvait pas se permettre d'être associée" à des accusations de harcèlement sexuel.

Le Pen insiste sur ses fondamentaux lors d'un meeting perturbé
Au second tour, Emmanuel Macron surclasserait Marine Le Pen par 64% des intentions de vote contre 36%. François Fillon n'était toutefois pas la seule cible possible pour les deux jeunes terroristes.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL