Sondage: deuxième tour difficile pour l'extrême droite face à l'extrême gauche

Tristan Gaume
Avril 20, 2017

Favoris des sondages mais en position encore précaire, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont toisés à distance à quelques heures d'intervalle en meetings lundi à Paris, lançant une dernière semaine décisive avant le premier tour de la présidentielle. Environ 20.000 personnes sont espérées, la capacité maximale de la salle.

Autre attaque contre Emmanuel Macron, mais sans le nommer cette fois-ci, Bruno Retailleau a souhaité opposer la "feuille de route très très claire" de François Fillon à "tous ceux qui sont dans le flou, tous ceux qui sont dans les demi-mesures, les réformettes" qui "ne parviendront pas à relever la France".

Marine Le Pen a déclaré lundi 17 avril, lors d'un meeting au Zénith de Paris, qu'elle souhaitait instaurer un " moratoire immédiat sur toute l'immigration légale " si elle était élue à la présidence de la République le 7 mai.

Sa réunion pourrait être perturbée par des collectifs qui ont dit prévoir plusieurs "actions" avant le meeting. La présidente du FN tiendra ensuite un grand meeting mercredi à Marseille.

Les deux nouveaux soutiens de Jean-Luc Mélenchon
Au vu de l'indécision qui entoure le premier tour, difficile de privilégier un quelconque scénario pour le second. Surtout, les électeurs se disent de plus en plus certains du bulletin qu'ils glisseront dans l'urne.

Derrière, le candidat de la droite François Fillon croit toujours à une victoire "qui surprendra tout le microcosme" et a répété sa certitude "d'être au deuxième tour".

Jean-Luc Mélenchon, le candidat de La France insoumise, troisième, obtiendrait 19,5% des voix. La campagne a été rude.

L'Ifop rappelle que 43% des gendarmes disent avoir voté pour Marine Le Pen en 2012, soit 8 points de moins qu'aujourd'hui, et pointe leur " tropisme droitier ".

"Mes opposants de tous bords (.) ont voulu nous faire croire que la nomination des sondages valait élection", a-t-il dit. Benoît Hamon reste le cinquième homme de ce premier tour de la Présidentielle.

Un bon de 27% du bénéfice — BMW Group
Cette dernière s'est établie à 9,0% au premier trimestre contre 9,4% un an plus tôt. BMW doit publier ses résultats trimestriels détaillés le 4 mai.

Assommé fin janvier par les révélations d'emplois fictifs présumés visant notamment sa femme Penelope, inculpé pour détournements de fonds publics, M. Fillon a mis deux mois à s'extraire un peu de ces affaires.

Jean-Luc Mélenchon est lui à 18%.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon veut capitaliser sur ce temps fort pour troubler encore davantage la bataille pour le second tour, alors que juste avant le long week-end, deux sondages voyaient le leader de La France insoumise atteindre la barre des 20% d'intentions de vote.

Lundi, le tribun de la gauche radicale a vogué sur une péniche aux abords de Paris. Voilà qui donne le ton de cette dernière semaine.

Incidents Bastia-Lyon : trois joueurs ont porté plainte, une enquête ouverte
Cette fois-ci, Amaury Delerue, l'arbitre, décide de ne pas reprendre la partie. Selon France 3 Corse, Jean-Michel Aulas serait également visé par une plainte.

M. Mélenchon doit créer l'événement mardi avec un meeting à Dijon répliqué par hologramme dans six autres villes.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL