Les sondages influencent-ils notre vote — Présidentielle

Dominique Dufresne
Avril 20, 2017

Selon les différents instituts, 4 à 5 points séparent Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon.

Les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin. Même avancée pour la présidente du Front national, qui le talonne toujours d'aussi près, à un petit point.

Derrière les deux favoris, François Fillon enregistre une progression de 1,5 point avec 18,5% des voix: le candidat les Républicains repasse ainsi - de peu - devant Jean-Luc Mélenchon. Si les évolutions sont minimes, il est à noter que les deux "outsiders" marquent un recul dans notre enquête pour la première fois depuis le 28 mars dernier, le moment où ils avaient entamé leur "remontada".

Présidentielle : Macron et Le Pen consolident leur avance
Loin derrière ces quatre candidats, Benoît Hamon enregistre un nouveau recul avec 8% des intentions de vote en sa faveur (-1 point).

PRESIDENTIELLE Alors que les enquêtes d'opinion montrent un resserrement des positions et un électorat indécis, les derniers jours seront cruciaux.

Ces tendances du premier tour sont d'autant plus intéressantes que l'électorat se fige. Toutes les personnes qui voteront pour Jean-Luc Mélenchon ne partageront pas forcément l'intégralité de son programme. En ajoutant les 14% d'électeurs "quasiment" sûrs d'aller voter (note de 9/10), la participation au premier tour de l'élection présidentielle pourrait désormais s'approcher de celle enregistrée en 2012, relève Elabe.

Surtout, les électeurs se disent de plus en plus certains du bulletin qu'ils glisseront dans l'urne.

Sondage: deuxième tour difficile pour l'extrême droite face à l'extrême gauche
Mélenchon doit créer l'événement mardi avec un meeting à Dijon répliqué par hologramme dans six autres villes. Jean-Luc Mélenchon, le candidat de La France insoumise, troisième, obtiendrait 19,5% des voix.

Comme les 10 autres candidats, il a disposé de 15 minutes pour convaincre les électeurs à qui il a notamment promis de "mettre fin au règne de la caste" tout en évoquant une société "où chacun contribue à hauteur de ses moyens". Avec un casting aussi serré, les candidats peuvent cependant toujours tenter de piocher dans le réservoir des 27% d'indécis pour grappiller quelques voix supplémentaires. A noter que le candidat de la France insoumise a considérablement consolidé sa base électorale puisque son taux de sûreté a explosé de 11 points par rapport à la semaine dernière. Le président du MoDem François Bayrou, qui le soutient, a jugé qu'il y avait "plusieurs seconds tours possibles" et évoqué l'hypothèse d'une finale entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, qui serait, à ses yeux, "effrayant [e] pour le pays".

"Je suis sereine, confiante (.) je terminerai en tête du premier tour".

Le candidat socialiste a affirmé lundi ne pas croire en un "second tour droite - extrême-droite", se bornant à indiquer que dans un tel cas, il ne "voterait pas Marine Le Pen".

Présidentielle 2017: Macron, Fillon et Le Pen dans un mouchoir de poche
A seulement quatre jours du premier tour de la Présidentielle 2017, ils sont maintenant quatre à pouvoir prétendre au second tour. Elle a aussi prévu un grand rassemblement mercredi à Marseille (sud-est), où des contre-manifestations sont également prévues.

Pour Ifop-Fiducial, dans la seule configuration testée, Emmanuel Macron battrait Marine Le Pen avec 60,0% des suffrages contre 40%. Mais plus que jamais, la prudence est de mise.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL