Le Pen et Macron toujours en tête, devant Mélenchon et Fillon — Présidentielle

Dominique Dufresne
Avril 20, 2017

"Il y a un péril face aux simplifications, face aux falsifications, qui fait que l'on regarde le spectacle du tribun plutôt que le contenu de son texte", a clairement mis en garde le chef de l'Etat dans des confidence à l'hebdomadaire Le Point à paraître jeudi.

Il y a encore une semaine pourtant, l'hôte de l'Elysée semblait beaucoup plus serein. " En 2012, il y avait un vote utile à gauche pour Hollande. Personne n'imagine que Mélenchon puisse prendre le pouvoir", confiait-il à des visiteurs.

De son côté, François Fillon et ses soutiens ont vivement attaqué dimanche le candidat d'En Marche!, l'un des principaux concurrents du candidat de la droite à l'élection présidentielle qui le mettraient en échec au premier tour selon les sondages. Désormais crédité de 18 à 19% d'intentions de vote, Jean-Luc Mélenchon, brillant orateur, séduit nombre d'électeurs de gauche déboussolés entre un candidat PS, Benoît Hamon, en perdition dans les sondages et le leader d'En marche! naviguant aux marges de la droite.

Une nouvelle explosion fait six morts — Egypte
Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué les deux attentats dans un communiqué diffusé par Amaq, son agence de propagande. Ils se disent victimes de discriminations dans tout le pays de la part des autorités et de la majorité musulmane.

En revanche, le chef de l'Etat peut "légitimement" s'en prendre à Jean-Luc Mélenchon qui est "désormais bien plus que le troisième homme, devenant un outsider très sérieux en mesure de se qualifier pour le second tour". A présent, la cible est donc bien plus large.

"Cette campagne sent mauvais (.) Elle est hors sol", explique-t-il au Point. Et à ce petit jeu du "je montre mes muscles", deux candidats jouent le tout pour le tout, répétant leur croyance, sinon leur certitude, en une qualification au second tour de la présidentielle.

"Ca n'a pas été souhaité le moment venu, maintenant quand on est à une semaine du premier tour, il faut que chacun défende son projet et la vérité sera dans les urnes", a-t-il ajouté.

Les deux nouveaux soutiens de Jean-Luc Mélenchon
Au vu de l'indécision qui entoure le premier tour, difficile de privilégier un quelconque scénario pour le second. Surtout, les électeurs se disent de plus en plus certains du bulletin qu'ils glisseront dans l'urne.

François Hollande dans l'usine Thyssenkrupp de Florange (Moselle), lundi 17 octobre 2016. "Je ne fais pas de décryptage. Je ne vais pas faire l'exégèse des propos des uns et des autres", a-t-il éludé mercredi lors d'un déplacement dans le sud-ouest, en réaction aux propos présidentiels. Ce dernier a surtout progressé chez les jeunes (moins de 35 ans) où il est passé en deux mois de 12 à 23% d'intentions de vote et chez les plus de 65 ans où il a pris 8 points (passant de 6 à 15%).

Physiquement, Jean-Luc Mélenchon sera à Dijon pour l'un des derniers meetings de campagne.

"Quand il voit nos meetings, cette force populaire qui se lève, la dynamique qui est autour de nous, et qu'il compare à toutes les trahisons qu'il subit de la part de ses +amis+ qui passent leur temps à lui planter des poignards dans le dos, je lui dis +Benoît, ne sois pas un obstacle à cette volonté populaire qui monte+", a lancé M. Corbière.

Emploi : Hollande assure laisser "un pays en bien meilleur état"
François Hollande a choisi le Lot avec une visite, dans la matinée, de l'usine Andros à Biars-sur-Cère. Il vous reste 72 % de l'article à lire.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL