La polémique ne se calme pas — Real-Bayern

Margot Aubert
Avril 21, 2017

Suite au quart de finale de Ligue des Champions Real Madrid - Bayern Munich, et à des buts controversés, le débat de l'arbitrage vidéo refait surface.

Où en est l'arbitrage vidéo?

Washington dénonce une nouvelle "provocation" nord-coréenne
Le tir a précédé l'arrivée du vice-président américain, Mike Pence , à Séoul, d'où il a réitéré la détermination des Etats-Unis à défendre l'alliance avec la Corée du Sud.

"Je sais que dans le football ça peut arriver, mais pas une série d'erreurs comme ça", a-t-il dit, d'un ton très posé comme à son habitude: Le 2e et le 3e buts (de Madrid) sont clairement hors-jeu.

Où en est l'arbitrage vidéo?

Plus fort que jamais, Erdogan balaie les critiques étrangères — Turquie
Du fait de cette victoire , Recep Tayyip Erdogan pourrait théoriquement demeurer président de la République turque jusqu'en 2029 . Une hypothèse confirmée par les déclarations du président turc: " L'Union européenne menace de geler les négociations.

Les tests mis en place ici ou là n'ont pas fait taire les critiques.

Pour la première fois en France, "la communication entre l'arbitre central du match et l'arbitre assistant vidéo" allait être "effective" pendant la rencontre, avait déclaré la Fédération (FFF) avant le match. Un but d'Antoine Griezmann a été invalidé car son passeur, Layvin Kurzawa, était hors-jeu au départ de l'action, tandis que le deuxième but espagnol a été accordé au bout du même processus, alors qu'il avait d'abord été signalé hors-jeu. "Il a fait beaucoup d'erreurs contre nous, mais il a aussi pris des décisions en notre faveur un peu bizarres, on a parlé de ça". Bref, bilan contrasté aux yeux des joueurs français. Battus par l'Espagne 2-0.

Une nouvelle explosion fait six morts — Egypte
Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué les deux attentats dans un communiqué diffusé par Amaq, son agence de propagande. Ils se disent victimes de discriminations dans tout le pays de la part des autorités et de la majorité musulmane.

Au Mondial 2016 des clubs, l'expérience s'était révélée encore plus mitigée. La faute à l'expulsion injustifiée d'Arturo Vidal et des deux buts inscrits par Cristiano Ronaldo lors de la prolongation en position de hors-jeu et au sentiment d'injustice qui habite les Munichois depuis la fin de la rencontre.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL