Déploiement de nouveaux missiles — Corée du Nord

Dominique Dufresne
Avril 20, 2017

"Le tir de missile balistique a eu lieu près de Sinpo" dans la province du Hamgyong du Sud (est), a précisé le capitaine de frégate Benham. Mais "le missile a presque immédiatement explosé", a-t-il affirmé, confirmant les informations du ministre sud-coréen de la Défense quelques minutes plus tôt.

Le communiqué publié dimanche (heure locale) n'identifie pas le type de missile qui aurait été tiré.

Bien que ni Séoul ni Washington ne soient en mesure de préciser quel type d'engin a été testé, l'agence Reuters cite une source au sein des forces armées US qui affirme qu'il ne s'agit pas d'un missile intercontinental. En conséquence, le pays de Donald Trump a positionné deux navires destroyer armés de Tomahawk à distance des côtes de la Corée du Nord.

"Le commandement américain dans le Pacifique reste pleinement engagé dans sa volonté de travailler étroitement avec nos alliés en Corée du Sud et au Japon, afin de maintenir la sécurité" dans la région, a ajouté le Pentagone.

Présidentielle: Macron et Le Pen en tête, devant Fillon et Mélenchon
Le socialiste Benoît Hamon, distancé par les quatre premiers dans l'ensemble des sondages, poursuit sa baisse à 8% (-1). Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan gagne un point à 4%, devant le trotskyste Philippe Poutou à 2%.

Samedi, des dizaines de milliers de soldats des armées de Terre, de l'Air et de la Marine, ont défilé au pas de l'oie devant le dirigeant du régime nord-coréen, Kim Jong-Un. De nouveaux missiles balistiques ont été dévoilés pour la première fois lors de cette parade.

Cet essai est intervenu au lendemain du défilé militaire géant organisé par le régime de Pyongyang pour le 105e anniversaire de la naissance du fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Kim Il-Sung.

Le tir a en outre été effectué quelques heures seulement avant l'arrivée en Corée du Sud du vice-président américain Mike Pence pour des discussions qui se concentreront sur la menace nord-coréenne.

Le discours est clair: si Washington s'avise d'attaquer la Corée du Nord, le régime de Kim Jong-Un sera prêt à répondre "par le nucléaire".

Référendum turc: les recours de l'opposition rejetés
Mais du même souffle il a dénoncé les appels aux manifestations lancés par ces derniers. Le Haut-Conseil électoral turc a confirmé la décision rendue à 10 voix contre une.

Le président américain Donald Trump, qui a envoyé vers la péninsule coréenne un groupe aéronaval articulé autour du porte-avions Carl Vinson, avait au préalable promis jeudi de "traiter" le "problème" nord-coréen. "Nous sommes prêts à répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire à notre façon", a insisté Choe Ryong-Hae.

Selon les experts du site internet "38 North", spécialisé sur la Corée du Nord et qui s'appuie sur plusieurs images satellites récentes, le site d'essais nucléaires de Punggye-ri est "prêt" à servir.

Alors que plane la menace d'un sixième essai nucléaire par le régime communiste, le vice-ministre des Affaires étrangères de Corée du Nord, Han Song-Ryol, a laissé entendre que Pyongyang comptait accélérer le rythme de ses tirs balistiques.

"Ces deux dernières semaines, le monde a été le témoin de la puissance et de la détermination de notre nouveau président au cours d'opérations menées en Syrie et en Afghanistan", avait-il souligné, évoquant la frappe américaine contre une base aérienne syrienne et le largage d'une méga-bombe contre des jihadistes en Afghanistan.

Présidentielle Mélenchon en hologramme ce soir au Zenith de Nantes
Autant d'avatars pour couvrir aussi Nantes, Montpellier, Grenoble, Nancy, Nantes, Clermont-Ferrand et Le Port (La Réunion). Le candidat d'En Marche! est attendu sur les coups de 19h à Nantes.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL