Attaque chimique en Syrie: Assad n'acceptera qu'une enquête "impartiale"

Elisa Mosse
Avril 20, 2017

Une conférence de presse est attendue dans la soirée.

Les déclarations de M. Lavrov intervenaient à l'occasion d'une rencontre à trois avec Mohammad Javad Zarif et Walid Mouallem, ses homologues iranien et syrien.

Quelques heures avant de recevoir le responsable américain, Vladimir Poutine avait déclaré que les relations entre Moscou et Washington étaient désormais à un niveau pire qu'à l'époque de la présidence de Barack Obama.

Bachar al-Assad a affirmé que l'attaque présumée chimique sur une ville rebelle de Syrie était totalement fabriquée et a servi de "prétexte" pour justifier les frappes américaines contre l'armée syrienne. Donald Trump a même jugé "possible" que la Russie, principal allié de Damas, ait été au courant de cette attaque.

Ronaldo achève le Bayern au bout d'un match incroyable — Ligue des Champions
Neuer va subir de plus amples examens à Munich. "L'équipe a bien joué et je suis évidemment heureux d'avoir marqué ces buts". Aux compliments après le match contre Madrid, Neuer a pourtant répondu avec agacement.

Mais l'attaque chimique présumée et l'intervention américaine qui l'a suivie ont provoqué un nouveau regain de tensions aux accents de Guerre froide entre les deux puissances et éclipsé tous les autres dossiers.

Et maintenant? Le président syrien veut une enquête internationale "impartiale", "pour être sûr qu'elle ne sera pas utilisée à des fins politiques".

Interrogé par la chaîne d'informations Mir 24 sur la qualité des relations entre les deux puissances, M. Poutine a déclaré qu' "on peut dire que le degré de confiance dans nos relations de travail, notamment dans le domaine militaire, ne s'est pas amélioré mais qu'au contraire il s'est dégradé". Tant sur la responsabilité du régime dans l'attaque du 4 avril sur la localité syrienne de Khan Cheikhoun (87 morts, dont 31 enfants), que sur le sort du président Assad.

Le président syrien a démenti toute implication dans l'attaque de Khan Cheikhoun, arguant que son régime ne possédait plus d'armes chimiques depuis 2013.

Le libéral Jonathan Marleau affrontera Gabriel Nadeau-Dubois dans Gouin
Jonathan Marleau en a fait l'annonce mardi soir au marché Jean-Talon en compagnie du premier ministre Philippe Couillard. L'élection partielle n'a pas encore été déclenchée, mais selon la loi, elle devra se tenir au plus tard au mois de juin.

Il a ainsi mis en garde contre des "provocations" en préparation de la part des rebelles qui utiliseraient des armes chimiques pour mettre ensuite Damas en cause.

Mercredi, la Russie et la Bolivie ont voté contre une résolution présentée au Conseil de sécurité de l'ONU par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France pour réclamer une enquête sur l'attaque chimique.

La diplomatie russe a comme elle l'avait promis utilisé son droit de veto contre un projet de résolution, " inacceptable " en l'état pour Moscou, et qui n'était pas modifié.

Dans la foulée des accusations du secrétaire à la Défense James Mattis et du secrétaire d'Etat Rex Tillerson, Mark Toner a réaffirmé qu'il y avait "peu de doute sur le fait que les dernières attaques et l'attaque aux armes chimiques (dans la province) d'Idleb ont été (menées) par le gouvernement syrien, par le régime syrien".

Le FMI maintient une croissance à 2% pour le Liban
Malgré des prédictions catastrophistes notamment du FMI , la victoire du Brexit en juin 2016 n'a par ailleurs pas encore eu l'impact redouté.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL