126 morts dans une opération d'évacuation qui tourne au carnage — Syrie

Dominique Dufresne
Avril 20, 2017

Il y a des blessés qui succombent à leurs blessures, et on est en train de retrouver plus de cadavres.

L'évacuation a commencé vendredi, lorsque 5.000 chiites ont quitté Kafraya et Foua et 2.300 rebelles et leurs proches ont quitté la ville de Madaya.

L'attaque est survenue au lendemain de l'évacuation simultanée de milliers de personnes de quatre localités syriennes assiégées: deux rebelles -Madaya et Zabadani- et deux prorégime -Foua et Kafraya.

Cette complexe opération a été rendue possible par un accord entre toutes les parties qui a été parrainé par le Qatar, soutien des rebelles, et l'Iran, allié du régime. En conséquence, plusieurs milliers de personnes ont été bloquées vendredi aux abords de Rachidine, secteur rebelle à l'ouest d'Alep, et à Ramoussa, quartier pro-Assad situé dans les mêmes environs.

Marine Le Pen : ses propos chocs sur l'immigration (vidéo)
Claire Durand, une spécialiste des sondages , dit qu'elle serait "énormément" étonnée que M. Jean-Luc Mélenchon partage peut être un certain populisme avec Marine Le Pen .

La télévision d'Etat a imputé aux "groupes terroristes" - terme utilisé par le régime pour désigner rebelles et terroristes - la responsabilité de cet "attentat à la voiture piégée".

Il n'était pas clair dans l'immédiat si parmi les morts figuraient des rebelles qui gardaient la zone des bus.

Au total, plus de 30.000 personnes sont censées être évacuées en deux étapes en vertu de l'accord conclu en mars. Les évacuations concernent également Madaya et Zabadani, des enclaves rebelles assiégées par les forces du régime dans la province de Damas. "C'est terrible d'être déraciné comme ça, d'aller vivre dans un endroit qui n'est pas le nôtre", a affirmé à l'AFP Jama Nayef, un vétérinaire de Foua, après être sorti de sa localité.

Plusieurs fiefs rebelles ont été repris depuis un an par le régime, fort de l'appui de son allié russe intervenu militairement en Syrie en septembre 2015.

Bastia-Lyon: le SC Bastia s'expose à de lourdes sanctions
Dimanche soir le club a annoncé vouloir " prendre les mesures fortes et adéquates " et a " condamné fermement " les incidents. Mais en aucun cas ce qui s'est passé n'était prémédité ".

Après des mois de siège, le régime a proposé des accords d'évacuation que l'opposition syrienne dénonce comme des "transferts forcés" constituant "des crimes contre l'Humanité".

" La France condamne fermement l'attentat qui a coûté la vie à des dizaines de civils, parmi lesquels de nombreux enfants, samedi 15 avril, à al Rachidin (Alep-ouest), en Syrie ", est-il indiqué dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Samedi, des combattants soutenus par Washington ont marqué une importante avancée dans leur lutte contre l'EI en arrivant aux portes de Tabqa, ville du nord de la Syrie contrôlée par les jihadistes, selon l'OSDH. Néanmoins, au cours d'une entrevue télévisée, Rami Abdul Rahman, directeur de l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme, a déclaré que l'auteur de l'attaque était un kamikaze prétendant apporter des produits alimentaires et qui s'est fait exploser dans une station d'essence. Début avril, les FDS étaient déjà parvenues à encercler la ville, se positionnant à des kilomètres de Tabqa.

Mélenchon promet à Fillon une "veste électorale cousu-main"
Il a largement occupé le terrain durant le week-end pascal en s'adressant à l'électorat chrétien et conservateur. Sa réunion pourrait être perturbée par des collectifs qui projettent plusieurs "actions".

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL