Surenchère guerrière entre Washington et Pyongyang

Dominique Dufresne
Avril 19, 2017

La Corée du Nord est prête à répondre par le nucléaire à toute attaque nucléaire qui la viserait, a mis en garde samedi le régime de Pyongyang, répondant indirectement au président américain qui a promis de " traiter " le " problème " nord-coréen. Sur des images diffusées par la télévision d'Etat, on voit ces missiles, des Pukuksong-2, montés sur des camions et attendant de défiler devant Kim Jong-un.

Pence a adressé cet avertissement au cours d'une conférence de presse à Séoul après une visite très symbolique de la zone démilitarisée (DMZ), où il avait affirmé que "toutes les options" étaient "sur la table" pour régler le problème nord-coréen.

Pékin plaide depuis plusieurs semaines pour une solution dite " suspension contre suspension ": Pyongyang doit interrompre ses activités nucléaires et balistiques, et Washington ses exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, des manoeuvres annuelles considérées par le Nord comme une provocation.

Le test s'est déroulé au lendemain du 105e anniversaire du fondateur de la Corée du Nord, Kim Il Sung. Un déploiement qualifié d " insensé' par le régime de Pyongyang. "Si les Etats-Unis osent choisir l'action militaire (.), la RPDC (République populaire démocratique de Corée, NDLR) est prête à réagir à n'importe quel type de guerre voulue par les Etats-Unis " a déclaré Kim In Ryong.

Turquie : l'opposition compte demander l'annulation du référendum
Erdogan, qui a échappé à une tentative de putsch le 15 juillet 2016, pourrait en théorie rester à la tête de l'Etat jusqu'en 2029. En cause, la décision du YSK de considérer comme valides les bulletins non marqués du sceau officiel des autorités électorales.

"Il existe un consensus international, y compris avec les Chinois et les dirigeants chinois, pour dire que la situation (en Corée du Nord) ne peut pas durer", a déclaré le général Herbert Raymond McMaster lors d'un entretien à la chaîne américaine ABC.

Selon de nombreux observateurs, la Corée du Nord pourrait profiter de cette date anniversaire pour procéder samedi à un nouveau tir de missile balistique, voire même à son sixième essai nucléaire.

"Le commandement américain dans le Pacifique reste pleinement engagé dans sa volonté de travailler étroitement avec nos alliés en Corée du Sud et au Japon, afin de maintenir la sécurité" dans la région, a ajouté le porte-parole.

La Corée du Nord a fait savoir qu'elle n'hésiterait pas à effectuer une frappe nucléaire contre les Etats-Unis en cas de provocation.

Raffarin ne veut pas que Sens Commun dicte sa ligne au gouvernement
Nous sommes à sept jours du premier tour d'une élection présidentielle plus que jamais indécise. Fillon a mis deux mois à s'extraire un peu de ces affaires.

Avant de promettre de 'traiter' le 'problème' nord-coréen, jeudi, le président Donald Trump avait annoncé l'envoi vers la péninsule coréenne du porte-avions Carl Vinson et de trois navires lance-missiles, puis évoqué une 'armada' comprenant des sous-marins. La Corée du Nord est prête à "répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire de notre façon", a répliqué le n°2 du régime hier à Pyongyang.

Interrogé sur la nature des initiatives nord-coréennes qui pourraient déclencher une réponse militaire américaine, le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer a cependant refusé de s'engager sur ce terrain. Si le président américain n'avait cessé pendant sa campagne d'accuser Pékin de sous-évaluer artificiellement sa monnaie, menaçant d'imposer de lourdes taxes sur les importations chinoises, il a nettement changé de ton depuis sa rencontre avec son homologue chinois Xi Jinping les 6 et 7 avril.

Vendredi, un haut responsable de l'armée américaine, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat auprès de l'agence Associated Press, avait pourtant écarté l'hypothèse d'une riposte militaire à un nouveau test nucléaire ou balistique nord-coréen.

OL-Besiktas: l'UEFA rendra sa décision en fin de journée
En conséquence, la commission de discipline de l'UEFA se réunira mercredi après-midi selon un communiqué relayé par le Progrès . Lyon est notamment visé pour " organisation insuffisante " concernant la " séparation " des fans turcs et lyonnais.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL