Les images des affrontements lors de Bastia-Lyon

Margot Aubert
Avril 19, 2017

La première mesure est sans équivoque: la tribune Est, celle où étaient massés les supporters ultras de Bastia 1905 descendus sur la pelouse pour s'en prendre aux joueurs lyonnais, sera fermée à titre conservatoire.

Sur RMC, Jean-Michel Aulas avait pour sa part directement visé Anthony Agostini en déclarant: "A la fin de cette mi-temps, les mêmes supporters sont venus l'agresser, et là, ce qui a dépassé l'entendement, c'est que le directeur de la sécurité de Bastia a frappé lui-même Anthony Lopes". Toutefois, le compte Twitter de la chaîne TV officielle de l'Olympique lyonnais avaint indiqué: "Le protocole pour le début de match s'est ré-enclenché". Après l'invasion de terrain de supporters bastiais à l'échauffement, décision était prise de jouer la rencontre. Après une première mi-temps tendue, au retour aux vestiaires, de nouvelles échauffourées ont éclaté, entraînant l'annulation définitive du match.

Bastia doit passer jeudi devant la commission de discipline de la Ligue professionnelle de football (LFP) qui doit mettre le dossier en instruction et juger des incidents.

Conflit sur le scrutin — Référendum en Turquie
Les derniers mois ont également vu une dégradation des relations entre la Turquie et l'Union européenne, M. Erdogan accusant certains pays de " pratiques nazies " après l'annulation de meetings pour le "oui".

Une enquête en flagrance pour "violences" a été ouverte sur ces faits, a par ailleurs annoncé le procureur de la République Nicolas Bessone, arrivé sur place durant la rencontre. L'enquête a été confiée à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP). Il est abonné depuis plusieurs années au Sporting et réalise souvent les déplacements avec le groupe "Bastia 1905". "Des supporters qui agressent des joueurs, c'est du jamais vu dans l'histoire de la Ligue 1", a tonné auprès de l'AFP la présidente de la LFP Nathalie Boy de la Tour dimanche soir.

"Nous déplorons que le SC Bastia donne une image horrible de notre football".

Le match n'aura finalement pas pu aller à son terme.

A Nancy, Mélenchon en hologramme pour accélérer sa dynamique
L'hologramme de Jean-Luc Mélenchon en février 2017 lors d'un meeting à Aubervillers, en région parisienne. Même tonalité pour son directeur de campagne, Manuel Bompard, interrogé par Ouest-France.

"Le dimanche de la honte", "à pleurer" (L'Equipe), "carton rouge pour les supporters corses" (Le Parisien), "semaine noire" pour le football (Le Figaro): la presse de lundi est scandalisée. Un huis-clos et un retrait de points non négligeable sont possibles, alors qu'il est déjà dernier de Ligue 1 à 3 longueurs du premier non-relégable. "Il ne faut pas avoir la grippe quand tu vas venir à Bastia, ni la gastro car cela va se régler comme d'habitude, comme des hommes, comme des Corses".

Une chose est sûre: ces nouveaux événements vont coûter cher au club de Bastia.

Macron et Le Pen progressent, baisse de Fillon et Mélenchon — Sondage
Dorénavant largué par le peloton de tête, le candidat socialiste Benoît Hamon reste stable, à 8% des intentions de vote. Mélenchon se plaît à appeler des "démonstrations de force" qu'aucun de ses concurrents n'ont opéré ces derniers mois.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL