Ce qui a déclenché l'envahissement du terrain — Lyon-Besiktas

Margot Aubert
Avril 19, 2017

Le stade peut accueillir jusqu'à 59 millions de téléspectateurs, a réuni plus de 15 millions de fans de " Besiktas ". Mais juste avant le match, c'est en tribunes que tout a dégénéré.

Surenchère guerrière entre Washington et Pyongyang
La Corée du Nord a fait savoir qu'elle n'hésiterait pas à effectuer une frappe nucléaire contre les Etats-Unis en cas de provocation.

Ce sont d'abord des Lyonnais installés dans le virage Sud qui sont descendus des tribunes pour fuir les jets de pétards provenant des supporters turcs placés sur l'anneau supérieur. Face à ce danger, les Gones ont envahi le terrain, non pas pour perturber la rencontre comme c'est généralement le cas dans ce genre de situation, mais bien pour se mettre à l'abri. L'UEFA ne s'est pas encore prononcée sur ces événements. Le président lyonnais souvent décrié a hier soir fait preuve d'un sang froid remarquable, en prenant ses responsabilités. En effet, après le coup d'envoi, JMA a vécu le premier acte parmi les Gones. Il y a eu aussi l'arrivée d'Allemagne de supporters turcs qui n'auraient jamais dû être là. Ils étaient là car quelqu'un leur a vendu des billets. Ce sont des gens dangereux. Le match avait pourtant été classé à haut risque en raison de la présence de 20.000 supporters turcs dans les tribunes. Mais "soit on fait des stades qui permettent de faire du football de famille, soit on construit des blockhaus avec des barbelés".

"Quatre têtes pour un casse-tête", résume la presse — Présidentielle
Ce dernier lui a confié le "rassemblement politique " dans une équipe de campagne remaniée après des désistements en série. Il a largement occupé le terrain durant le week-end pascal en s'adressant à l'électorat chrétien et conservateur.

La responsabilité de Besiktas engagée?

"J'ai empêché Aliou Sall d'être candidat parce que..." — Macky Sall
Les indignés ont été reçu par le Président Macky Sall qui leur promet d'examiner la situation. "La mise à l'écart d'Aliou Sall nous a beaucoup affectées".

Une altercation opposant les sympathisants des deux clubs a eu lieu non loin du stade. "Je les ai prises." a réagi Aulas dans des propos relayés par L'Équipe. Des bombes agricoles ont explosé au-dessus de la tête de nos fans. "Il est manifeste que nous avons été victimes d'(une) agression de supporters turcs", a affirmé en ce sens Vincent Ponsot, directeur juridique de l'OL. De plus, les supporters turcs font partie des plus bouillants d'Europe et le stade de l'OL est situé à Décines, ville de la banlieue de Lyon où vit l'une des plus importantes communautés arméniennes de France. Ça a été une expérience très difficile. "On était à fond, on s'est précipités sur le site pour en acheter, d'autant que l'on en avait la possibilité d'en prendre par lot de six, nous explique l'un des supporteurs français du Besiktas".

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL