Échec d'un nouveau tir de missile, selon Séoul — Corée du Nord

Dominique Dufresne
Avril 18, 2017

Précédemment, le Conseil de sécurité nationale américain avait présenté au Président Donald Trump un rapport sur les réactions possibles des États-Unis à la menace nucléaire émanant de Pyongyang comprenant, entre autres, la possibilité de déployer l'arme nucléaire en Corée du Sud. La Corée du Nord a répondu samedi en se déclarant prête à riposter par la force nucléaire à toute attaque atomique.

" Le commandement des forces américaines dans le Pacifique a détecté et suivi ce que nous estimons être un tir de missile nord-coréen a 11h21 heure d'Hawaï (22h21 heures belges), le 15 avril, depuis le site de Sinpo", sur la façade océanique du pays, a déclaré Dave Benham, son porte-parole.

On ignore dans l'immédiat le type de missile qui a été testé.

L'essai est survenu au lendemain d'une vaste parade militaire célébrant le 105e anniversaire de la naissance du fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Kim Il-Sung.

Macron-Le Pen en tête, Fillon-Mélenchon au coude-à-coude — Sondage
Chez les professions intermédiaires, il arrive désormais en deuxième position à 26% juste derrière Emmanuel Macron à 27%. La candidate frontiste a commis une "faute politique et historique lourde", selon l'ex-ministre.

Avant son arrivée, le pays communiste a monté d'un cran les tensions en exhibant trois missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) lors d'un grand défilé militaire hier avant d'effectuer un tir de missile plus tôt ce matin, qui s'est soldé par un échec.

Quelques heures seulement après ce tir, le vice-président américain Mike Pence est arrivé à Séoul, au début d'une tournée asiatique qui inclura le Japon, l'Indonésie et l'Australie. Depuis le début 2016, le régime nord-coréen, l'un des plus isolés au monde, a ainsi réalisé deux essais nucléaires -les quatrième et cinquième de son histoire- et des dizaines de tirs de missiles. Décrit comme "nucléaire", son premier vol d'essai a eu lieu le 12 février 2017, annonce Yonhap, précisant que le dirigeant Kim Jong-un a supervisé le test.

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a indiqué que M. Trump et son équipe de conseillers militaires étaient "au courant" de ce tir, mais n'avaient "pas plus de commentaire à faire". Mais selon Kim Dong-Yub, expert à l'Institut des études d'extrême-Orient de l'Université Kyungnam de Séoul, ce tir serait "un essai d'un nouveau type de missile, ou d'un missile amélioré".

Le vice-président américain doit rencontrer lundi le président en exercice sud-coréen Hwang Kyo-Ahn pour des discussions centrées sur l'armement nord-coréen et un programme controversé de défense antimissiles américain baptisé THAAD. Elle a aussi tiré plusieurs missiles de courte et de moyenne portées.

7 blessés et une dizaine d'arrestations — Ol-Besiktas
Des forces de police et des agents de sécurité étaient présents hier soir pour encadrer les spectateurs présents au PARC OL . La préfecture du Rhône avait annoncé " un renfort de six unités de patrouilles mobiles " pour ce match.

Il a rappelé que le président américain avait "un large éventail d'outils" à sa disposition mais que, "dans ce cas particulier, ils ont pris du temps et consacré de l'énergie pour tirer un missile qui n'a pas fonctionné, nous n'avons pas besoin de consacrer de ressources à ce sujet".

Pyongyang, qui affirme que ses programmes nucléaire et balistique sont une réponse à la menace américaine, ne cache pas que leur objectif est justement d'être en mesure de porter le feu nucléaire sur le sol américain.

En marge du défilé, le numéro 2 de la Corée du Nord Choe Ryong-Hae a accusé Donald Trump de "créer une situation de guerre" dans la péninsule coréenne et a promis de "répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire à [leur] façon".

"Syrie: "la France " condamne fermement " l'attentat contre des personnes évacuées
Le régime syrien a accusé les " groupes terroristes ", un terme utilisé par le pouvoir pour désigner rebelles et djihadistes. Samedi, les personnes évacuées de Foua et Kafraya étaient toujours bloquées à Rachidine , secteur rebelle à l'ouest d'Alep.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL