Le cortège funèbre de Fidel Castro entame son voyage — Cuba

Dominique Dufresne
Décembre 1, 2016

Des centaines de milliers d'anonymes ont assisté hier à la cérémonie organisée par les autorités cubaines place de la Révolution, à La Havane. L'ancien président du Sénat cite par exemple la visite du pape François à Fidel Castro. "Ici!", a répondu la foule, résumant la tonalité de la soirée, vouée à souligner que la mort du "Comandante" n'est qu'une "mort physique".

Le président russe Vladimir Poutine sera, lui, absent mais a salué en Fidel Castro "un authentique ami de la Russie".

" Ils ont tenté de le tuer de mille manières, mais plus de dix présidents américains n'y sont pas parvenus".

"Le chef de l'État camerounais, Paul Biya, dans un message de condoléances adressé au président cubain Raul Castro, a qualifié Fidel Castro de " grand homme d'État " entré de son vivant " dans la légende ". ("Hasta la victoria, siempre!"), reprenant l'antienne des révolutionnaires cubains.

Chefs d'États et de gouvernements rendent hommage à Fidel Castro
En revanche, les présidents du Vénéziéla Nicolas Maduro, de la Bolivie Evo Morales et du Nicaragua Daniel Ortega ont répondu présents.

Seul chef de gouvernement européen ayant fait le déplacement, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a déclaré à son arrivée qu'il souhaitait rendre "hommage à cette grande personnalité qui était une flamme ayant inspiré non seulement Cuba et l'Amérique latine, mais le monde entier".

Olivia Martinez, retraitée de la police de 71 ans, portait aussi l'uniforme.

Venue avec sa mère, Sandra Heredia, 11 ans, aura pour une fois le droit de se coucher très tard: "Je suis fière de vivre ce moment dans un endroit aussi historique où Fidel a parlé de nombreuses fois au peuple", se réjouit-elle.

Dans la journée, des dizaines de milliers de Cubains, souvent en pleurs, avaient défilé face aux portraits de Fidel, exposés sur cette même place depuis lundi.

Fillon vainqueur, Juppé bon perdant — Primaire Les Républicains
Si la droite est en passe de clarifier sa posture pour la présidentielle, la gauche est loin d'être en ordre de bataille. Les discussions avec les centristes devraient également figurer au programme, en vue des élections législatives.

Critiqué par l'ONU et par ses opposants pour des violations des droits de l'homme, Fidel Castro reste vénéré par beaucoup de Cubains, qui ont subi un véritable choc à l'annonce de son décès, à 90 ans.

Du 2 au 8 janvier 1959, à bord de sa "Caravane de la liberté", Fidel Castro avait traversé le pays en triomphateur, dans la foulée de la fuite à l'étranger du dictateur Fulgencio Batista, acculé à La Havane par les troupes castristes, alors que le père de la révolution prenait le contrôle de Santiago de Cuba.

Le cortège funèbre de Fidel Castro a quitté mercredi 30 novembre La Havane pour un voyage de quatre jours à travers l'île jusqu'au berceau de la révolution, Santiago de Cuba, où ses restes seront enterrés dimanche.

PSG : Cavani : " Le PSG va encore grandir "
Bousculés par Arsenal pendant un quart d'heure, les joueurs d'Unai Emery ont immédiatement repris la maîtrise de la rencontre. Trop statiques, les Franciliens ont commencé à subir en s'éloignant de la moitié de terrain adverse.

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL