Résultat de la primaire à droite : Fillon explose, Sarkozy implose

Tristan Gaume
Novembre 21, 2016

L'ancien Premier ministre a fini en tête du premier tour de la primaire de la droite avec 44,1% des suffrages, devançant nettement Alain Juppé (28,6%). Nathalie Kosciusko-Morizet (2,6 %) restait, elle, fidèle à Alain Juppé.

Cyril Pellevat, sénateur et conseiller régional (soutien de Bruno Le Maire): "Je suis forcément déçu du résultat". Les deux derniers du premier tour, Jean-Frédéric Poisson et Jean-François Copé ne se sont pas encore prononcés. François Fillon a profité des débats télé où il a été très bon. "La défaite ne doit humilier personne car nous aurons besoin de tout le monde", a-t-il ajouté. L'élection organisée ce dimanche 20 novembre a réuni près de 4 millions d'électeurs dans les 10 228 bureaux de vote français.

Primaires à droite : Juppé en tête dans les Landes
Désormais, Nicolas Sarkozy soutient François Fillon pour qu'il devienne, espère-t-il, le nouveau président de la République. Le triomphe annoncé de François Fillon dimanche prochain n'apparaît pas comme une bonne nouvelle pour le Front national.

L'ancien président, battu d'une courte tête par François Hollande en 2012, sorti de sa retraite en 2014, subit l'une des plus retentissantes défaites de sa carrière: celui qui avait prédit un "blast" après son entrée en campagne est éliminé dès le premier tour d'un scrutin organisé par son propre parti, dont il avait reconquis la présidence en 2014. A l'issue de cette humiliation, l'ancien président de la République a annoncé son retrait de la vie politique. Il assure qu'il "est temps pour moi d'aborder une vie avec plus de passion privée et moins de passion publique". Son score, encore de 25% vers 20 heures au moment où la Tribune de Genève a annoncé les premiers résultats, n'a cessé de se dégrader au fur et à mesure du dépouillement des quelque quatre millions de voix exprimées pour tomber à 21%.

Dans la guerre fratricide qui s'engage avec Jacques Chirac à l'approche de la présidentielle de 1995, il se range derrière le premier ministre, Edouard Balladur, et hérite aussitôt de l'image du "traître", qu'il mettra une décennie à se faire pardonner au sein du clan chiraquien. "Une dynamique est enclenchée", s'est félicité François Fillon. Le secrétaire d'État Jean-Marie Le Guen a évoqué une "thatchérisation de la droite française" incarnée selon lui par François Fillon et ses mesures "qui ne pourront jamais avoir l'assentiment des électeurs de gauche" en cas de duel de second tour face à Marine Le Pen.

La candidature de Macron est "une illusion" — Le Guen
Il s'est d'ailleurs rendu à plusieurs reprise à Londres pour y chercher des fonds, notamment en septembre dernier. Le ministre, alors en poste depuis fin août 2014, inaugure, dans l'intervalle, son propre mouvement politique.

Dans Landes: Juppé à 44% et Fillon à 33%

. L'ancien Premier ministre qui soutient Alain Juppé, estime que le "programme de François Fillon est un programme qu'il ne pourra pas tenir". Le tandem s'apprête donc à pilonner celui dont de nombreux électeurs vont découvrir le programme de "rupture" à l'occasion de cette campagne d'entre-deux-tours. Ça devrait être une campagne sur le fond, il y a du respect entre les candidats.

Il avait répété à l'envi qu'il ne soutiendrait "aucun candidat" au second tour.

Primaire à droite: place au duel entre Fillon et Juppé
Le député de Paris et le maire de Bordeaux, nettement distancé, se disputeront l'investiture présidentielle dimanche prochain. En Martinique: Alain Juppé est arrivé en tête (35,36%) devant François Fillon (31,03%) et Nicolas Sarkozy (29,11%).

Cela sera-t-il suffisant pour rattraper le retard de 600.000 voix du premier tour? Alors que des rumeurs ont circulé dimanche soir sur son éventuel désistement avant même le second tour, il a promis pour dimanche prochain "une autre surprise".

Autres rapports virageauto.com

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL